Alcool au volant : Double traitement ?

Un rapport « confidentiel » proposerait de ne pas autoriser plus de 0,2 g d’alcool par litre de sang pour conduire. Le souci ? Cette mesure ne concernerait que les jeunes permis et, surtout, la justification dudit rapport est ahurissante.

C’est le quotidien Le Parisien qui publie à ce sujet. Et une phrase du rapport (de plus de 300 pages) nous semble très surprenante :

Compte tenu du manque d’expérience des conducteurs novices, de leur taux d’accident et de l’impact sur les temps de réaction d’une alcoolisation même légère, la réduction de l’alcoolémie admise pour les conducteurs novices a un sens.

On doit donc en déduire qu’un conducteur plus expérimenté, étant conscient de l’impact de l’alcool sur ses temps de réaction, peut conduire avec 0,49 g/l puisqu’il serait en mesure d’adapter sa vitesse. Comme si l’actualité ne prouvait jamais que, alcoolisé, on peut griller un stop ou élargir un virage plus que de raison, même à allure légale. Avec des conséquences souvent dramatiques.

De toute façon, mis à part le samedi soir, qui a réellement eu droit à un contrôle d’alcoolémie inopiné en bord de route ? Pour savoir si un automobiliste ou motard roule en étant trop alcoolisé, il faut mettre en place un contrôle, l’impact de la mesure sur les statistiques fait déjà sourire.

You may also like...