Expérimentation du 80 km/h : Le bal des faux-culs

Véhicule impliqué dans la collision contre des motos le 23 août 2014 dans l'HéraultLe passage des vitesses maximales à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles fait son chemin. Le ministre Cazeneuve vient d’annoncer que les tests vont débuter dès janvier 2015. Ce qui, on le sait, est le prélude à une inéluctable généralisation. Et parmi les trois axes retenus pour le test, on trouve la RCEA. Une route que nous connaissons bien puisque ses portions les plus dangereuses sont situées dans l’Allier, comme nos bureaux.

Les Shadoks aux manettes !

Prenez un axe routier ultra saturé, rempli de camions à longueur de journée (et de nuit), qui est majoritairement à 2×1 voie. Pour abaisser le nombre d’accidents et lui faire perdre son surnom de route de la mort, vous pouvez la passer en 2×2 voies.
Ou alors la passer à 80 km/h, comme ça les gens mourront moins vite mais mourront quand même. Et devinez quelle solution a été retenue ?
Étrangement, une longue portion de cette même route, entre Guéret et Montluçon a dernièrement vu le nombre de collisions chuter alors que la vitesse limite a été relevée. À 110 km/h puisque le tracé est à présent intégralement en 2×2 voies séparées par une barrière.
L’histoire ne dit pas si les radars placés en bord de route ont connu une baisse de rentabilité mais on aurait aimé que cette logique, plus efficace à moyen terme mais si peu médiatique, soit poursuivie.

*Car, petit rappel, à 160 km/h (80 km/h × 2), une voiture ou une moto n’a aucune chance en choc frontal contre un 38 tonnes.

Une source parmi d’autres : Le Figaro

You may also like...