Un simple choix de mots …

DictionnaireL’information n’a pas pu vous échapper puisqu’elle a été reprise en masse hier par tous les médias, qu’ils parlent habituellement de moto ou non : le pilote Michal Hernik est décédé hier lors de la 3è étape du Dakar 2015. Mais, sur quelques articles, une phrase nous agace. Elle nous agace parce qu’elle fait partie de cette phrase tellement « toute faite » qu’on finit presque par ne plus y prêter attention. En l’occurrence, elle est même apparue sur tous les journaux puisque ceux-ci reprennent les dépêches AFP en les modifiant à peine (d’où une uniformisation de l’info qui tuera la presse classique mais c’est un autre sujet …) :

Depuis l’arrivée du Dakar en Amérique du Sud, seule les éditions 2010 et 2011 n’ont pas été frappées par la mort d’un concurrent, avec les décès du Français Pascal Terry en 2009, de l’Argentin Jorge Martinez Boero en 2012, du Français Thomas Bourgin en 2013, dans un accident de la route avec des carabiniers chiliens, et du Belge Eric Palante en 2014. Tous des motards, la catégorie la plus meurtrière de l’épreuve.

Michal Hernik - Photo : AFP / Alejandro PagniLa mise en gras n’est pas de nous mais de La Voix du Nord. Vous trouverez le paragraphe, identique, sur Le Parisien, le JDD, Midi Libre et bien d’autres. Depuis quand une catégorie est-elle meurtrière ? Hernik et tous les motards qui participent à des épreuves sportives seraient donc suicidaires pour choisir une discipline qui prendrait un malin plaisir à tuer juste parce qu’on est sur deux roues ? N’aurait-on pas pu dire que la catégorie moto était la plus régulièrement endeuillée ?

Remarquez, les raccourcis sont tellement faciles … Une mention spéciale à Ouest-France qui annonce dans le titre que « le motard polonais Michal Hernik se tue sur le Dakar » alors que l’organisateur lui-même a indiqué que le pilote avait été retrouvé sans son casque, à coté d’une moto ne portant aucune trace de choc.
Un malaise est sans doute à l’origine mais ici ou dans le cas des accidents de la route, c’est tellement plus rassurant de dire qu’un motard se tue. Sous-entendu « tout seul, en l’ayant un peu cherché quand même hein, il n’a qu’à rouler en voiture »

Un simple choix de mots sans doute.

You may also like...