Moto Tour : La checklist à J -2

Ou la découverte de l’effroyable vérité : j’ai à peu près deux mois de retard pour être dans les temps si je veux faire les choses correctement. On part samedi…

Deux jours. Il ne reste que deux jours avant les vérifications administratives et techniques et je commence tout juste à entasser dans un coin du bureau ce qui fera partie de mes bagages pour le départ du Moto Tour 2017. En retard ? Que nenni. Un peu juste ? Sans aucun doute ! Il suffit de regarder les publications de certains habitués des rallyes pour comprendre que leurs préparatifs sont achevés depuis des semaines. Voire des mois. Ici, c’est ce jeudi, vers 15 heures, que le début du tri a débuté. Et c’est un peu comme avant un départ en vacances : je sais que je vais oublier quelque chose. Reste à espérer que ce ne sera pas vital.

Partir une semaine pour avaler plus de 3 000 km sur les petites routes est assurément la meilleure des opportunités pour essayer du matériel. Malgré des délais réduits, les marques contactées ont accepté de jouer le jeu pour me fournir du matériel neuf. Par sécurité, j’emporterai également du matos déjà testé et éprouvé. En cas d’incident, de grosse pluie exigeant un temps de séchage indécent ou, plus simplement, d’inconfort à l’usage.

Casque Arai Chaser XCasque Arai Chaser X

Pour le casque, ce sera donc un Arai Chaser-X. L’intégral de secours (remplaçant de luxe) sera un Shoei X-Spirit III, déjà testé. Le confort sera ici un critère primordial puisque je vais garder la tête dans le casque pendant plusieurs heures. Surtout le vendredi pour l’étape marathon : 730 kilomètres de départementale, sur une 125, ça risque de prendre un peu de temps.
Aux mains, ce sera allemand avec les Held Air n Dry. Ces gants disposent de deux entrées, selon qu’on souhaite avoir un feeling parfait ou rouler à l’abri du déluge. En cas de températures trop fraîches, ils seront remplacés par des Racer Hailwood, plus épais et plus raides mais sans doute plus adaptés.
Du côté des pieds, le choix n’est pas arrêté puisque je ne dispose pas de bottes racing étanches. Et vu les conditions climatiques envisageables en plein mois d’octobre, j’hésite entre le confort de roulage en mode rapide offert par un modèle sportif et la sérénité d’une paire Touring étanches.
Le cuir étant obligatoire sur cette épreuve, la combinaison sera un modèle une pièce d’entrée de gamme fourni par les Anglais de RST. Il s’agit de la R-16, simple et sobre puisque intégralement noire. Elle n’embarque pas les raffinements appréciés par les pilotes super rapides. Et ça tombe bien car je n’en suis pas un.
Sous la R-16, je porterai une sous-combinaisons Skeed Mugello (maillot + collant). Pourquoi ? Pour éviter de morfler plus que de raison en cas de glissade, le matériau utilisé étant ignifugé et stoppant tout transfert de chaleur du bitume à ma délicate peau de bébé. Mais aussi pour évacuer la transpiration tout en stoppant le vent frais qui passera par les perforations de la combinaison RST.
Enfin, entre le cuir et la fibre Kermel prendra place l’airbag en cours de développement de In&motion. Sans fil et totalement autonome, il se porte sous le cuir et me permettra de me prendre pour un pilote de GP. En espérant ne pas pousser le test jusqu’au bout. Optimiste par nature, je pars avec un seul système pyrotechnique de gonflage. En cas de saut périlleux ? J’aurai un airbag mécanique de rechange.

Logo du Moto Tour 2017Ajoutez à ça les deux ou trois écrans de rechange pour chaque casque, pour moi ou pour dépanner un autre concurrent en rade, une tenue de pluie histoire d’éviter la bronchite. Indispensables également, des protections auditives pour ne pas finir avec des acouphènes une fois arrivé à Toulon. et une sacoche de cuisse pour transporter de menus accessoires, le sac à dos étant interdit sur cette épreuve, pour d’évidentes raisons de sécurité en cas de galipette. Ce sera l’occasion de tester la Bagster Moltibox.

Tout ceci est donc actuellement posé dans un coin du bureau, en attendant de rallier Limoges samedi matin. Les pneus, eux, sont déjà installés sur la Husqvarna. Il s’agit de pneus Continental ContiAttack SM. Le distributeur Bihr m’a fourni ceux qui équipement ma monture et le site Allopneus.com a accepté de fournir le nécessaire pour tout le team. Bitume sec, mouillé, froid ou gravillonné : on saura vite si ces pneus sont vraiment efficaces, sur de « gentils » moteurs 4 temps ou sur les 2 temps caractériels.

La moto est parée, le matos est (apparemment) au point et complet. Reste à préparer le bonhomme. Ce qui est voué à l’échec, soyons honnêtes. Ce sera donc un Moto Tour placé sous le signe de l’improvisation totale puisque je n’ai pas reconnu les spéciales (pas même en vidéo) et que je vais découvrir ma moto le samedi matin, à quelques heures du prologue dans les rues de Limoges. Pas raisonnable ?

Si la moto était un truc sérieux et raisonnable, on n’en ferait pas, non ? J moins deux ; j’ai (un peu) les foies mais j’ai hâte que ça démarre car ça ira mieux une fois l’écran rabattu et verrouillé. Mais j’ai les foies quand même.

You may also like...